Jubilee Health Center Novembre

26/11/2014 - Pays : Mozambique - Imprimer ce message

Le mois de Novembre fût un mois chargé entre notre investissement à la clinique et notre préparation pour le départ au Mozambique.

Travailler avec l'équipe dans la clinique est toujours aussi plaisant et enrichissant. Cela donnerait presque envie d'y rester. ;) 

Beaucoup de témoignages en mémoire, en voici quelques uns :

Un couple congolais arrive à la clinique. Ils viennent pour la femme. Elle est âgée de 40 ans et son mari de 50 ans. Elle a perdu 9 kg en 6 mois et a une grosse masse au niveau du bas ventre. Les constantes sont normales. Le couple parle bien le français et un peu l'anglais. Je sers donc de traductrice pour Caryn, le médecin. Nous mettons en évidence qu'elle est anémiée. Je lui demande combien de repas elle mange par jour. Le couple se met à rire. Ai-je dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? La femme me répond : "Vous savez, il y a des gens qui mange 3 REPAS PAR JOUR !!! Nous mangeons le soir, c'est suffisant." ... Je me contente de sourire. :) Depuis des années ils ne mangent qu'une fois par jour. Et il n'y a aucun problème à cela. La situation était juste ironique. Donc la perte de poids n'était pas dû à une sous alimentation. En discutant avec la patiente, elle nous avoue quand même moins manger que d'habitude car elle n'a pas d’appétit.

Caryn ausculte son abdomen. La masse est imposante et dure. Elle est située au niveau de l'utérus. c'est également douloureux à la palpation. Vu les symptômes, Caryn me dit penser à un cancer. Mais pour en être sûr, il faut envoyer la patiente à l'hôpital pour faire des examens complémentaires. Sachant que le couple ne parle pas très bien l'anglais, Caryn préfère leur dire ce qu'elle pense. Elle désire les préserver d'une annonce trop choc ou trop froide de l'hôpital, qu'ils pourraient ne pas bien comprendre. De plus elle désire les préparer à l’éventualité de ce diagnostic cancéreux.

Caryn commence donc à parler au couple. Je traduis pour elle. Elle leur dit que cette masse peut être la cause d'une tumeur, d'un cancer, mais qu'elle n'en est pas sûr. Pour cela, il faut aller à l'hôpital le plus tôt possible pour faire les examens nécessaires. Dire à cette dame qu'elle a peu être un cancer et voir son regard "terrifié" était quelque chose d'assez difficile. Mais Caryn a vraiment bien apporté la chose. Nous leur avons proposé par la suite de prier ensemble pour que cela ne soit pas un cancer et qu'elle puisse guérir de ce problème, quel qu'il soit.

Son mari nous a ensuite demander si l'on pouvait également prier pour qu'il retrouve du travail. cela fait 2 ans qu'ils sont en Afrique du Sud. Il travaillait il y a encore 7 mois dans une boîte de sécurité. Et puis il y a eu une ségrégation raciale dans sa boîte. Son chef lui a dit : "Nous ne voulons plus travailler avec les étrangers car ils prennent le travail des sud africains." Ils l'ont donc mis à la porte du jour eu lendemain, sans aucune compensation financière. Et cela fait plusieurs mois qu'il cherche du travail sans résultat. Nous avons donc prié avec lui afin qu'il puisse rapidement retrouver un travail. Caryn a ensuite écrit un courrier a emmener à l'hôpital avec eux. Puis, ils sont partis.

La semaine d'après, ils sont repassés nous voir à la clinique, tout souriant. "Mama Riondet, nous avons une bonne nouvelle !" J'étais très heureuse de les revoir. La patiente m'explique qu'elle est restée 3 jours hospitalisée et qu'ils lui ont fait tous les examens nécessaires. Résultat : Fibrome utérin massif, non cancéreux, opérable. Ouaou ! Qu'elle bonne nouvelle, pas de cancer ! J'explique à la patiente que cela veut surement dire qu'ils vont devoir enlever l'utérus. Cette dernière me dit vouloir avoir un enfant. Le couple n'en a pas encore. Je lui conseille de bien préciser cela à son médecin lors de son prochain rendez-vous en vu de l'opération. Son mari n'a toujours pas trouvé de travail et il m'explique qu'ils n'ont même plus assez d'argent pour faire des courses. En général, avec Benjamin, nous ne donnons jamais directement de l'argent liquide aux gens. Nous préférons investir directement dans leurs projets car on ne sait jamais ce qu'ils peuvent faire avec l'argent (drogue, alcool...). Mais pour cette fois ci, je ressentais vraiment le besoin de leur donner de l'argent pour qu'il puisse aller faire des courses. La femme continuait de perdre du poids... Nous en avons rapidement discuté avec Ben et nous étions d'accord pour leur laisser une somme d'argent. Ce couple n'avait rien demandé, mais ils étaient très touché de notre geste. Ils sont ensuite repartis.

Et c'est hier même, que ce couple est repassé nous voir à la clinique. La patiente avait eu son rdv avec son médecin. Bonne nouvelle, il lui a dit qu'il était possible d'opérer sans enlever l'utérus. Son mari, était également très heureux de me dire qu'il avait retrouvé du travail. Ouaou, fantastique ! Que cela fait plaisir d'avoir de bons retours.

Voici une photo de ce couple que nous avons particulièrement eu à coeur : 

 

Une après-midi, Valérie et moi-même avons pu assister Caryn lors de l'opération d'un lipome frontal (amas graisseux sous cutané) chez une jeune femme. L'opération était assez longue car délicate. Le but de Caryn était de laisser une cicatrice la plus propre et discrète possible étant donné la localisation très visible du lipome. c'était très intéressant et impressionnant de l'assister sur cette opération. Désoler, je n'ai pas de photo car j'étais en stérile pour assister Caryn. L'opération s'est très bien déroulée. Il n'y a eu aucune complication par la suite.

 

Un autre jour, une patiente marchant très difficilement et visiblement en très grande souffrance, arrive à la clinique. Vu son état, je l'a fait passer en priorité dans la liste des patients à voir. Elle me dit avoir une plaie au pied depuis 3 semaines. Je lui demande comment cela est arrivé. "Je ne sais pas, comme ça, tout seul." Je lui demande de me montrer son pied. Malheureusement, cette patiente avait mis un collant depuis plusieurs jour sur son pied. Pourquoi ? Je ne sais pas. Le collant avait adhéré à la plaie. Impossible de l'enlever et très douloureux pour la patiente. Je vois pourtant que cela coule jaunâtre au travers du collant. C'est également très malodorant.

Nous faisons rentrer la patiente dans une infirmerie pour faire tremper son pied dans une bassine d'eau tiède avec antiseptique. L'idée est de pouvoir décoller le collant de son pied. Après environs 10 minutes, nous pouvons le lui décoller. L'état du pied dans l'ensemble est déplorable. Les chairs sont à vifs avec 2 orteils noirs (stade de nécrose cutanée). La plaie coule beaucoup (sang, pue) et est très malodorante. Nous redemandons à la patiente ce qu'il s'est passé. Elle est incapable de nous dire quoi. En discutant avec elle, elle nous informe être séropositive. Ceci peut expliquer l'infection cutanée spontanée de son pied. Nous lui demandons si elle est sous traitement. "Oui, mais je ne les prends pas tout le temps". Pourquoi ? "Parce que je n'y pense pas." Tout en nous occupons du pied, nous lui expliquons donc l'importance de respecter quotidiennement ses traitements antiviraux. Les tissus cutanés du pied sont trop affectés pour que nous puissions les soigner correctement. Le pied a besoin d'une chirurgie. Nous envoyons donc la patiente en urgence à l'hôpital après lui avoir nettoyé les plais et refais un pansement.

C'est la semaine d'après qu'elle est revenue nous voir. Son pied avait bien nécessité une chirurgie pour enlever les tissus infectés et nécrosés. Nous étions contents d'apprendre qu'ils avaient pu lui préserver ses 2 orteils. L'hôpital nous avait renvoyer la patiente avec un nouveau protocole de pansement. Nous étions content de voir que la patiente allait mieux, tout en sachant que tout n'était pas gagné. Maintenant, il fallait cibler l'éducation de la patiente par rapport à sa pathologie : le SIDA. Apparemment, il y avait beaucoup de lacunes sur la prévention et les connaissances de cette pathologie.

Nous rencontrons beaucoup de situations et de cas variés, il y a donc beaucoup à apprendre.

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Par flo
Le 10/01/2015 à 13:50:31
Coucou Jec et Benj contente de vous relire .Que cette année soit bénis pour vous et toute les personnes que vous rencontré.Bizzz Flo
Par Benjamin et Jecolia RIONDET
Le 11/01/2015 à 21:20:54
Coucou Flo !! Merci beaucoup, nous te souhaitons également une très bonne année !!! Gros bisou ! :)



Laisser un commentaire